L’évolution des inégalités de revenus en France

Les inégalités de revenus se sont accrues au cours des dix dernières années. Le revenu annuel moyen des 10 % les plus modestes s’est élevé de 610 euros entre 1999 et 2009, celui des 10 % les plus riches de 8 190 euros.

Le jugement que l’on peut porter sur les inégalités de revenus dépend de l’échelle de temps et de l’instrument de mesure que l’on utilise. Contrairement à une thèse répandue, la question n’est pas de "faire dire ce qu’on veut aux chiffres", mais de se mettre d’accord à la fois sur les dates d’observation et les outils.

Depuis les années 1970

L’outil utilisé le plus souvent pour mesurer les inégalités de revenus est le rapport entre ce que touchent les 10 % les plus riches et ce que touchent les 10 % les plus pauvres. C’est une mesure relative des inégalités. Les statisticiens appellent cet indicateur, le "rapport interdécile". Plus exactement, il ne s’agit pas de ce que "touchent" les plus riches et les plus pauvres, mais de valeurs limites : le rapport entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus riches (ce qui s’appelle un décile, le neuvième) et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres (un autre décile, le premier). Tout cela, après impôts directs et prestations sociales.

Avec cet outil, et si l’on observe les choses depuis les années 1970, la diminution est nette : le rapport interdécile est passé de 4,6 à 3,5. On peut bien parler d’une baisse des inégalités qui a eu lieu entre 1970 à 1990, ensuite l’évolution est très faible.

L’évolution entre 1999 et 2009

Il est juste de mesurer les évolutions des inégalités sur une longue période, les commentaires sur les variations d’une année sur l’autre n’ont pas grande valeur compte tenu des écarts de mesure. Mais remonter 40 ans en arrière est tout de même une bien longue période. Si l’on se concentre sur les dix dernières années, l’observation est différente. Surtout si à la place des "déciles", on observe le revenu moyen de chaque tranche de 10 %. Une très forte progression des 5 % les plus riches peut ne rien modifier à la valeur du neuvième décile (celui qui sépare les 90 % les moins riches des 10 % les plus riches), mais elle va accroître la valeur moyenne de la tranche.
Les moyennes comprennent des très bas et des très hauts revenus, qui ne sont pas pris en compte quand on ne s’intéresse qu’aux valeurs limites des tranches.

L’observation que l’on peut faire sur dix ans est sensiblement différente. Entre 1999 et 2009, le niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres a progressé de 8,4 % soit 610 euros, une fois l’inflation déduite. Le niveau de vie moyen des 10 % les plus riches a augmenté de 18,2 % soit 8 190 euros. L’écart relatif entre ces deux catégories a augmenté : les plus modestes touchent 6,7 fois moins que les plus aisés, contre 6,2 fois en 1999. En valeur absolue, l’écart est passé de 37 730 à 45 310 euros. En moyenne, les 10 % les plus riches ont gagné près de 8 mois de Smic net supplémentaires en dix ans.

Que s’est-il passé depuis 2010 ?

Tout en haut de la pyramide des revenus, les revenus financiers représentent une part importante des ressources et en 2009-2010 ce type de revenus a enregistré des performances moins bonnes. Mais il en est de même pour les plus bas revenus, lourdement frappés par la crise, et pour qui les pertes de ressources auront des conséquences bien plus dramatiques que pour ceux qui vivent de leurs rentes...

Conclusion :

Plus personne ne peut contester la hausse des inégalités dans les années récentes. Principalement parce que les revenus des très riches se sont envolés. Entre 2004 et 2008, les 0,01 % les plus riches ont vu leur revenu annuel s’accroître de 180 000 euros ! (données avant impôts, voir le tableau ci-dessus). Les inégalités se sont aussi accrues au niveau des 10 % les plus riches : le neuvième décile a touché 1 700 euros de plus en quatre ans, ce qui reste modeste rapporté aux 0,01 % les plus riches. Avec retard et avec moins d’ampleur, la France suit le chemin emprunté par les Etats-Unis dès le milieu des années 1970 et la Grande-Bretagne quelques années après. Les baisses d’impôts effectuées depuis dix ans ont accompagné ce mouvement.


Photo : © pixarno (Fotolia)


Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de revenus [3] entre les populations européennes sont considérables, en (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite

Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise (...)

● Lire la suite


12 janvier 2012

Thèmes : • Salaires

Analyses

En partenariat

L’Observatoire des inégalités est un organisme indépendant d’information et d’analyse sur les inégalités. Il est situé à Tours et dispose d’une antenne en région parisienne. Outre l’équipe permanente, il s’appuie sur un réseau de citoyens sensibilisés par la question des inégalités. L’Observatoire des inégalités dispose par ailleurs d’un conseil scientifique composé d’économistes, de philosophes, de sociologues et de juristes.

● Voir tous les articles de la même source

● Voir le site Internet

Même thème