Point de vue

Inégalités face aux responsabilités

La mise en avant de la responsabilité individuelle dans une société libérale conduit à des sanctions croissantes. Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne en cas d’erreur...

18 novembre 2003

https://www.inegalites.fr/Inegalites-face-aux-responsabilites - Reproduction interdite

Quelles conséquences doit-on tirer d’une faute ? Dans une société libérale, l’égalité des conditions importe peu, mais l’égalité devant le droit doit être parfaite. Pour que la justice ait un sens, elle doit être absolument équivalente pour tous. C’est dans ce sens que les salariés qui s’écartent de la norme de l’entreprise sont plus souvent, rapidement et fortement sanctionnés.

Le problème, c’est qu’en pratique les individus les plus favorisés, qui produisent les discours sur la nécessité des sanctions, ont tendance à s’affranchir de ces règles. Qu’une caissière d’hypermarché dépasse de quelques euros son quota d’erreurs de caisse et elle sera vite remerciée, comme celui qui ne tient pas les cadences de la chaîne.
Certains patrons de très grandes entreprises qui échouent, sont remerciés dans les formes. Après les 20 millions d’euros de Jean-Marie Messier qui a mis en déroute Vivendi-Universal, c’est 4 millions que devait se voir attribuer Pierre Bilger d’Alstom pour avoir conduit Alstom dans le mur, mais il les a finalement refusés... En janvier 2008, le Conseil d’administration de la Société générale a maintenu un PDG en dépit de dysfonctionnements considérables des procédures de contrôle, qui ont vu un salarié faire perdre près de 5 milliards à l’entreprise. Le même PDG, Daniel Bouton, étant lui-même l’auteur d’un rapport sur le gouvernement d’entreprise.

Du côté du politique, on ne brille pas par le sens des responsabilités non plus. En 2003, exceptée la démission du directeur général de la santé, Lucien Abenhaïm, personne parmi les responsables politiques ne sera sanctionné suite aux milliers de morts liés à la canicule. Personne n’est responsable de la hausse de la température, mais il est grave que personne non plus ne se soit inquiété de la possibilité d’un tel épisode, que la réaction du pouvoir ait été si tardive, et que personne enfin n’assume vraiment la responsabilité d’un tel désastre.

Ce décalage entre les discours sur le respect des règles et les pratiques d’une partie des plus favorisés a un effet dévastateur. Il sape les fondements même du système auprès des catégories qui subissent de façon la plus stricte l’application de ses règles. Cette hypocrisie des élites n’est pas étrangère au rejet du monde de l’entreprise ou de la classe politique française.

Contribuez à la parution du « Premier rapport sur les discriminations en France »

Les discriminations racistes, sexistes, homophobes, envers les personnes handicapées constituent des violences insupportables. Participez à la publication du premier rapport complet sur le sujet.


Je participe à partir de 1 €
Date de première rédaction le 18 novembre 2003.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)